Archive numérique de la collection Gaignières (1642-1715)

Image

Tombeau de Madame Peronne, fille de monseigneur de St-Fale et femme de monseigneur Jean, seigneur de Bethencour, et de madame Marie, femme de monseigneur Jean de Brétegni. Dans l'église de l'abbaye d'Orcamp.

  • Tombeau de Madame Peronne, fille de monseigneur de St-Fale et femme de monseigneur Jean, seigneur de Bethencour, et de madame Marie, femme de monseigneur Jean de Brétegni. Dans l'église de l'abbaye d'Orcamp.

    Archive .ZIP contenant l'image et sa notice en PDF

Lieu de conservation
Cote ou no d'inventaire
Folio
50
No d'inventaire d'Henri Bouchot
2472
Numéro de l'item (1711) incluant l'image
Titre de l'item (1711) incluant l'image
Deux portefeuilles idem de carton, couvert de papier marbré, cotté Isle de France remplis de tombeaux dessinez
Titre et légende
TOMBE de pierre dans la chapelle de St-Sébastien dans l'église de l'abbaye d'Orcamp.
Titre dans l'inventaire détaillé
Tombeau de Madame Peronne, fille de monseigneur de St-Fale et femme de monseigneur Jean, seigneur de Bethencour, et de madame Marie, femme de monseigneur Jean de Brétegni. Dans l'église de l'abbaye d'Orcamp.
Lieu(x) et date de production
1670 – 1715
  France
Matériau, Technique
Papier, Encre, Lavis
Format
Format in-folio
Inventaire détaillé parent
Clairambault 1046, 559
Statut du document
Copie / Relevé
Statut de la copie
Dessin mis au net
Édifice traité
Armoirie(s) traitée(s)
- - Armoirie : Dessinée - Les armes de la première femme sont une étoile et une bordure de merlettes ; celles su mari sont une fasce et une molette au canton dextre. Les armes de l'autre femme sont un lion rampant et une fasce avec une molette au canton dextre pour le mari. (Bouchot)
Localisation(s) traitée(s)
Région traitée
Ile-de-France
Diocèse traité
Noyon
Période traitée
14e siècle
Remarques
Une des nombreuses pièces subtilisées en 1784 au Cabinet du Roi par l’abbé Jean-Baptiste Guillaume Gevigney (1729-1802), Garde des titres et généalogies de la bibliothèque du Roi. Elles furent plus tard acquises par Richard Gough (1735-1809), directeur de la Société des antiquaires de Londres, qui les légua en 1809 à la bibliothèque d’Oxford.

Afficher