Archive numérique de la collection Gaignières (1642-1715)

Image

21 Portrait de Robert de Bérou, chancelier de l'église de Chartre en 1213. Il étoit chanoine de cette église dès l'an 1201 et y fonda un obit en 1233; tiré d'une vitre de l'église N. Dame de Chartres dans laquelle il est représenté à genoux

  • Portrait de Robert de Bérou, chancelier de l'église de Chartre en 1213. Il étoit chanoine de cette église dès l'an 1201 et y fonda un obit en 1233; tiré d'une vitre de l'église N. Dame de Chartres dans laquelle il est représenté à genoux

    Archive .ZIP contenant l'image et sa notice en PDF

Lieu de conservation
Cote ou no d'inventaire
Folio
35
No d'inventaire d'Henri Bouchot
3547
Numéro de l'item (1711) incluant l'image
Titre de l'item (1711) incluant l'image
Autre [portefeuille] de la Beausse, Vendomois, pays Chartrain, eglise de Chartres, 71 pieces et l'acqueduc de Maintenon
Titre et légende
Robert de Berou Chancelier de l'Eglise de Chartres, étoit Chanoine de cette Eglise des l'an 1201 & Chancelier en 1213, il y fonde un obit en 1235
Titre dans l'inventaire détaillé
Portrait de Robert de Bérou, chancelier de l'église de Chartre en 1213. Il étoit chanoine de cette église dès l'an 1201 et y fonda un obit en 1233; tiré d'une vitre de l'église N. Dame de Chartres dans laquelle il est représenté à genoux
Lieu(x) et date de production
1670 – 1715
  France
Matériau, Technique
Papier, Encre, Aquarelle
Format
Format in-folio
Inventaire détaillé parent
Clairambault 1042, 155
Statut du document
Copie / Relevé
Statut de la copie
Dessin mis au net
Édifice traité
Objet traité
Localisation(s) traitée(s)
Région traitée
Beauce
Diocèse traité
Chartres
Période traitée
13e siècle
Source du document numérisé
Transcription
"35" (numéro manuscrit en haut à droite)
Remarques
Une des nombreuses pièces subtilisées en 1784 au Cabinet du Roi par l’abbé Jean-Baptiste Guillaume Gevigney (1729-1802), Garde des titres et généalogies de la bibliothèque du Roi. Elles furent plus tard acquises par Richard Gough (1735-1809), directeur de la Société des antiquaires de Londres, qui les lègua en 1809 à la bibliothèque d’Oxford.

Afficher