Archive numérique de la collection Gaignières (1642-1715)

Image

41 Veüe de Pierre levée près Poitiers sur la hauteur du fauxbourg St Saturnin, elle est d'une seule pierre et on croit que c'est une sepulture des anciens Pictes, 1699 - dessiné et coloré

  • Veüe de Pierre levée près Poitiers sur la hauteur du fauxbourg St Saturnin, elle est d'une seule pierre et on croit que c'est une sepulture des anciens Pictes, 1699 - dessiné et coloré

    Archive .ZIP contenant l'image et sa notice en PDF

Cote ou no d'inventaire
VA-86(3)-FOL
No de microfilm
H160187
No d'inventaire d'Henri Bouchot
6007
Numéro de l'item (1711) incluant l'image
Titre de l'item (1711) incluant l'image
Autre [portefeuille] du Poitou, 103 pieces
Titre et légende
Veüe de Pierre Levée, prez Poictiers, sur la hauteur du fauxbourg St Saturnin, qui est toute d'une pierre, et que l'on vien voir par curiositez estant tenu comme une sepulture des antiens Pictes. 1699.
Titre dans l'inventaire détaillé
Veüe de Pierre levée près Poitiers sur la hauteur du fauxbourg St Saturnin, elle est d'une seule pierre et on croit que c'est une sepulture des anciens Pictes, 1699 - dessiné et coloré
Lieu(x) et date de production
1699
  France
Matériau, Technique
Papier, Encre, Aquarelle
Format
Format in-folio
Inventaire détaillé parent
Clairambault 1042, 186
Statut du document
Copie / Relevé
Statut de la copie
Dessin mis au net
Édifice traité
Objet traité
Localisation(s) traitée(s)
Région traitée
Poitou
Diocèse traité
Poitiers
Période traitée
Préhistoire
Source du document numérisé
Transcription
"76" (numéro manuscrit en haut à droite)
Inscriptions gravées sur la pierre : "Louis", "François Lavois", "Charles", "Bernardin", "Pierre", "Jean Petit".
Dimensions rapportées : "36 pieds de long", "5 pieds et demie de haut" (pour les piles), "3 pieds d'épesseur" (pour la table).
Remarques
Il s'agit d'une des curiosités de Poitiers, signalée comme telle par tous les voyageurs, savants poitevins et contemporains de Gaignières. La Pierre levée est par exemple discutée par Jean Bouchet dans les Annales d'Aquitaine publiées en 1537, dont Gaignières possède une édition de 1644 (item 2851).
Le monument est représenté pour la première fois par Georg Hoefnagel en 1561 dans l'ouvrage de Georg Braun et Franz Hogenberg, Civitates orbis terratum, 1572-1617, sur la même planche qu'une vue de Poitiers. Des personnages y figurent escaladant et gravant la pierre de leur nom. L'image de Boudan en est manifestement inspirée.
On notera qu'en 1534, Rabelais lui-même décrit dans son Pantagruel la Pierre levée comme faisant l'objet de la même curiosité et déjà support de graffitis gravés (Livre 2, chapitre 5).
Bien que participant d'une longue tradition littéraire et figurée, le dessin de Boudan reste généralement ignoré des préhistoriens eux-mêmes, que leur démarche soit monographique ou historiographique (cf. Jean-Pierre Pautreau et Montserrat Mataro I Pladelasala, Inventaire des mégalithes de France. La Vienne, 1996, p. 17, 140-143).
Bibliographie
Laure Beaumont-Maillet, La France au Grand Siècle. Chefs-d'oeuvre de la collection Gaignières, Paris, 1997, p. 79 (ill.)

Afficher