Archive numérique de la collection Gaignières (1642-1715)

Ouvrage

  • [Le Roman de la Rose]

    Archive .ZIP contenant l'image et sa notice en PDF

Cote ou no d'inventaire
Français 24392
Titre actuel
[Le Roman de la Rose]
Lieu(x) et date de production
1401 – 1500
   
Matériau, Technique
Parchemin
Nombre de folios
216
Statut du document
Original
Objet traité
Personne(s) traitée(s)
Source du document numérisé
Remarques
Gaignières possédait un manuscrit du Roman de la Rose qui lui avait été donné par M. de Montmort, maître des requêtes, en janvier 1700 (voir le catalogue des manuscrits de Gaignières, item 1019 de l'inventaire de 1711, aujourd'hui à la BnF, ms. fr. 25691, fol. 18). La description qu'on trouve dans le catalogue correspond à ce manuscrit de la BnF, qui se trouvait auparavant dans la collection du duc de La Vallière. Gaignières écrit ainsi: "Ce livre est escrit sur du veslin et comprend le Roman de la Rose tout entier divisé en 128 histoires, chacune desquelles est représentée par une miniature [...] à la fin de ce livre on trouve trois ouvrages du mesme Jean de Meung aussi en vers. Le 1er est son testament, à la teste duquel est une fort belle miniature où il est représenté couché sur son lit, comme un homme prest à mourir tenant un livre à la main, à sa droite sont assis sur un banc le pape, le Roy, un prince et une princesse, et à sa gauche sont représentés debout un cardinal et un evesque et aux pieds du lit plusieurs religieux de divers ordres. Le 2e est un codicille contenant un feuillet. Le 3e est intitulé Trésor des 7 articles de la Foy, qu'il composa au lict de la mort, il y a au commencement de cette dernière pièce une miniature qui représente les trois personnes de la Trinité, où Dieu le père est orné de la thiare. [...] il est relié en maroquin rouge d'une belle reliure antique". La miniature représentant Jean de Meung sur son lit de mort se trouve au fol. 177, la miniature de la Trinité au fol. 208.
Le manuscrit n'a pas été référencé dans l'inventaire de 1711, il n'était donc plus en la possession de Gaignières à ce moment-là.